Flash-Info

Procès de Fatou Badiar, commandant AOB et Cie : Le Tribunal rejette la demande de mise en liberté provisoire des accusés !

AOB, Fatou Badiar

Aussitôt ouvert au tribunal de première Instance de Dixnn,  le procès du commandant AOB, madame Fatou Badjar Diallo, Jean Guilavogui et de Lieutenant Lamarana Diallo a connu l’examen d’une  demande de mise en liberté provisoire des accusés.

Cette demande introduite par la défense a été rejetée par le tribunal de Première Instance de Dixinn ce lundi 09 avril 2018 a constaté affichesguinéennes.com

La décision a été annoncée par le président du tribunal Mangadouba Sow qui a ensuite  ordonné l’ouverture des débats au fond.

Avant que la juridiction ait tranchée sur cette requête,  les différentes parties (la défense et la partie civile) se sont fait entendre.

Si pour Me Joachin Gbilimou de la partie civile, les faits pour lesquels les accusés sont poursuivis sont suffisamment graves, et que l’arrêt de la cour suprême n’a pas annulé les accusations retenues contre eux, du côté de la défense c’est Maître Salifou Béavogui, qui a fait sa mise au point en rappelant que « l’arrêt de la cour suprême qui a renvoyé les accusés devant le TPI de Dixinn, a cassé et annulé l’arrêt de la cour d’Assise de Conakry en date du 13 juillet 2013 ».

« Nos clients doivent être immédiatement remis en liberté, nous avons demandé plusieurs fois leur mise en liberté, Il n’y a plus rien qui justifie leur maintien en détention », a expliqué Maître Salifou Béavogui.

Sur ce, les avocats de la partie civile s’oppose catégoriquement à la requête de leur confrères parce qu’en l’état actuelle de la procédure disent-ils, une mise en liberté des accusés pourrait contribuer à dissimuler la vérité dans cette affaire.

Dans les rangs du ministère public représenté par le procureur Mohamed Samoura, la requête de la défense est mal perçue. Ce qu’à laissé croire le parquetier qui assoit sa conviction sur l’inexistence d’une base juridique  de la demande avant de solliciter  son rejet pure simple.

Finalement, le tribunal déboute la défense dans sa requête et ordonne les débats du fond.

A signaler que  le condamnant le Commandant AOB et Cie sont poursuivis dans l’affaire dite  attaque contre la résidence privée du président Alpha Condé, le 19 juillet 2011.

Thierno Aïssata BALDE

Facebook Comments

324total visits.

Leave a Response

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*