Flash-Info

Conakry: Tenue de la 13 ème conférence des jeunes sur le climat

climat

La bleuezone de Kaloum a servi de cadre hier mardi 10 octobre à l’ouverture de la 13 ème conférence des jeunes sur le climat.
Cette édition a réuni plusieurs plateformes de la société civile Guinéenne ainsi que les ONG qui œuvrent dans la thématique de protection des droits environnementaux.

Pendant trois jours, les participants venus des différentes structures de la société civile vont se penser sur l’adoption des enjeux du réchauffement climatique.

D’entrée de jeu, Sekou Amadou Diakité, coordinateur du RENACED a expliqué les objectifs de la COY 13 pour la Guinée :« La Guinée comme plusieurs pays du monde, subit les effets du changement climatique par l’avancée du désert, la perte de la biodiversité, la disparition de certaines ressources qui menace d’ailleurs la sous région ».

«  La Guinée est sans cesse confrontée à la dégradation de son climat, à travers l’exploitation de ses potentialités minières, énergétiques, agricoles, halieutiques et touristiques. Une situation préoccupante qui nécessité des actions dont les solutions seront des propositions durables pour sauvegarder la gestion de notre patrimoine environnemental commun », ajoute-t-il.

Poursuivant, il indique que « premièrement, notre pays à travers son président, occupe le leadership au sommet de l’Union Africaine en sa qualité de président en exercice mais aussi, à travers sa coordination de l’initiative Africaine des énergies renouvelables. Deuxièmement, la Guinée est signataire de l’accord de Paris qui l’oblige à réduire son émission de gaz à effet de sert, à 13% de CO2 ». Autant d’enjeux qui ont pour objectif dit-il, « de renforcer la concertation effective avec la participation de l’ensemble des acteurs concernés ».

Présente à  cette rencontre, le président du conseil régional des organisations de la société civile s’est réjoui de la qualité du travail, avant de féliciter les  organisateurs.

« Il y a 2heures seulement, je suivais le récit de l’astronaute français Thomas peskè, qui faisait le récit de ses 6 mois passés dans l’espace .Quelque chose a attiré mon attention. Il a dit en répondant à une question, qu’il a été choqué, par ce qu’il a vu une boule, très fragile. Cela veut dire, que vous entreprenez
maintenant. Nous vivons sur une boule fragile. J’ose croire, que c’est quelque chose qui doit bénéficier de l’attention de tout le monde », a-t-il déclaré.

Le Directeur Général du  centre d’étude et de recherche en environnement pour sa part ajoute qu’il « ya eu dans ce monde, cinq (5) grandes extinctions selon des spécialistes et que la 6ème s’annonce ».
Avant   de conclure, il ajoute en ces termes : « certes parmi les cinq (5) extinctions, l’homme n’avait pas un rôle à jouer mais que la 6ème, si l’on ne prend garde, sera sous l’action et aux activités anthropiques ».

Eugene Capi Balamou
622 298 802/655 437 268   
             

Facebook Comments

118total visits.

Leave a Response

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*