Error
  • The template for this display is not available. Please contact a Site administrator.

Affaire projet coton : La défense suspecte des mains noires derrière le dossier

Le procès des deux anciens ministres du gouvernement de consensus, Ousmane Doré et Mahmoud Camara devant le tribunal correctionnel de Kaloum pourrait durer plus que ce à quoi l’on pouvait s’attendre. Alors que l’on s’acheminait vers la fin, le président du tribunal a encore accepté à la demande du ministère public, l’intervention d’un expert comptable pour élucider le dossier et les explications d’Ousmane Doré jugés trop techniques. Même si par la même occasion,

 il a rejeté la demande d’ouverture d’un supplément d’information introduite par l’avocat de l’Etat guinéen.  

Maître Mory Doumbouya, Avocat de  la défense s’est dit abasourdi. Pour lui, ce n’est
e que du dilatoire. Il s’est dit convaincu que ces demandes qui vont ajourner les plaidoiries et réquisitions sont des prétextes. Le ministère public et l’avocat de l’Etat, selon lui, reçoivent des ordres avant de venir à l’audience. La présence inhabituelle de l’Avocat Général, Williams Fernandez à l’audience de ce mardi prouve, d’après l’avocat, qu’il y a des personnalités du monde judiciaire et à la présidence qui veulent se servir de cette affaire.

Avant de terminer, l’avocat de la défense a tenu à souligner qu’il y a même prescription de l’action publique, quoi qu’on dise. Une autre manière de dire qu’ils ont accepté la tenue de ce procès dans le seul but de démontrer l’innocence de leurs clients. Pour la petite histoire d’après lui, les faits de détournement dont il s’agit ont eu lieu en 2007. Il y a donc sept ans. Pourtant, au-delà de trois ans, ce genre d’infraction qui relève des délits ne peut être poursuivi. Même si c’est l’année dernière que l’action publique a été mise en branle.

A noter qu’une des demandes de l’avocat de l’Etat portant sur la comparution de Lansana Kouyaté et de tous ceux qui ont participé de près ou de loin à la gestion du projet, à titre de témoins, n’a été agréée ni rejetée. Maître Nicolas Zomy souhaiterait que l’ancien Premier ministre du gouvernement de consensus vienne dire à la barre du tribunal, pour quelle raison il a demandé à ce que trois milliards du Fonds d’entretien routier soient détournés au profit du projet de la relance de la culture du coton.

 Heinan Condé